LE BLOG SYNTHES’3D


Blog des actualités digitales et technologies 3D

Catégories


Twitter


"Les 5 tendances #marketing au sommet de la vague https://t.co/YlmodkzkSY"

"Modélisation #3D : Engie joue la carte de la croissance externe https://t.co/nL9cAleQjn"

LE BLOG SYNTHES’3D

/ 0

TECHNOLOGIES 3D

L’habillage d’objets en 3D

4 août 2015

Concevoir des objets en 3D réalistes demande beaucoup de précision. En général, les concepteurs créent d’abord les objets en 3D avec leurs maillages et leurs reliefs, puis ils appliquent une image 2D, la texture, sur leurs modèles en 3D. La texture va permettre d’apporter les détails aux niveaux des motifs, des coloris… comme le fait une tapisserie sur un mur blanc. C’est notamment à ce niveau que les différents informaticiens et infographistes cherchent à construire de nouveaux modèles.

Des mondes et des objets de plus en plus réalistes

Que ce soit dans les jeux vidéos, dans les simulateurs, les projets artistiques, ou dans tout autre domaine nécessitant des images numériques, les mondes et les objets créés en 3D sont de plus en plus réalistes.

L’herbe ressemble de plus en plus à de l’herbe, les briques à des briques, en effet les images numériques sont de plus en plus proches des images réelles. Cependant, ce sont encore des processus complexes à réaliser, qui demandent énormément de capacités informatiques et qui coûtent relativement cher dès lors que l’on désire un résultat réaliste.

Faciliter la création 3D numérique

Reproduire à l’exactitude un objetonilia_big_3_kisco comme une tasse de thé en numérique, n’est pas le plus compliqué. L’opération consiste à reproduire le volume de l’objet en 3D en respectant les dimensions de celui-ci, puis à appliquer les textures en se basant sur la photo de l’objet. Il faudra alors jouer sur les effets lumineux pour rendre le tout réaliste, mais cela est totalement réalisable.

En revanche, lorsqu’il s’agit de créer un objet nouveau pour lequel on ne va pas pouvoir s’inspirer d’une photo entière, mais uniquement de bouts de motifs et de textures photographiées, l’opération devient plus compliquée.

Par exemple, lorsque l’on désire reproduire un décor composé de collines et d’arbres, les photos ne suffiront pas à fournir toutes les informations comme certaines données du relief ou de la lumière. Pour les spécialistes, l’une des priorités est donc de développer de nouveaux algorithmes permettant de créer automatiquement des textures, voire aléatoirement, et avec une définition d’image très détaillée et un aspect très réaliste.