LE BLOG SYNTHES’3D


Blog des actualités digitales et technologies 3D

Catégories


Twitter


"Les 5 tendances #marketing au sommet de la vague https://t.co/YlmodkzkSY"

"Modélisation #3D : Engie joue la carte de la croissance externe https://t.co/nL9cAleQjn"

LE BLOG SYNTHES’3D

/ 0

TECHNOLOGIES 3D

Réalité virtuelle : L’offre se densifie, mais où en sommes-nous « réellement »?

8 novembre 2016

Le monde de la réalité virtuelle est en plein émoi depuis quelque temps, mais cela n’est pas forcément synonyme de solidité pour cette industrie encore balbutiante. Les mois à venir seront déterminants afin que la démocratisation de la réalité virtuelle soit réussie et…réelle!

Google, Sony et Oculus veulent être aux premières loges

Jusque là réservée aux early adopters, la réalité virtuelle a pu franchir un cap il y a quelques semaines. En effet, Sony a lancé son offre « grand public » nommée PlayStation VR. L’emblématique marque a toujours eu un impact sur Monsieur ToutLeMonde, et c’est certainement pour cela, qu’elle a dégainé en dernière. Un peu à la manière d’Apple concernant les montres connectées, Sony a attendu pour ne pas se tromper (ou « moins » se tromper).

Il est important de rappeler qu’Oculus (racheté entre-temps par Facebook) avait lancé cette conquête spatiale à la sauce 2016 en investissant 250 millions de dollars rien que cette année (et autant en 2017). Soulignons également qu’Oculus ne se cantonne pas au marché des consoles de jeu comme Sony puisque les niches « haut de gamme PC », « 100% mobile » et « modèle hybride » sont spécifiquement ciblées.

Selon les segments et les plateformes, les marques se placent

Face à ces lancements mondiaux d’envergure, les concurrents de Sony et Oculus ne sont pas en reste. À titre indicatif, HTC a lancé Vive avec l’appui de Valve et de Samsung.

Grâce aux bugs d’Oculus lors du lancement de Rift, HTC a su se faire une place au soleil et devenir un leader en matière de « room scale » (segment le plus prometteur du marché consistant à jouer dans l’entièreté d’une pièce). La stratégie Open Source de HTC est d’ailleurs un véritable plus pour que les masses adoptent ce mode de jeu.

La guérilla de tout-mobile

Sur le segment mobile, Google a sorti l’artillerie lourde avec Daydream. Grâce à son Cardboard, la réalité virtuelle est ouverte à de nombreuses marques de smartphone dont  LG, Huawei, Asus ou encore Xiaomi.

Soulignons d’ailleurs que Samsung est partenaire, ce qui constitue une véritable preuve de l’absence de clarté sur ce marché particulièrement juteux. Google a aussi l’avantage de pouvoir glisser Daydream dans près de 100 millions de smartphones dans les 36 mois à venir (le casque de visualisation 3D ne coûte « que » 79 dollars).

Le combat du « salon »

De son côté, Sony a su prendre de l’avance avec la PlayStation 4 et son casque de réalité virtuelle citée plus haut. Sony a su proposer un produit séduisant tout en étant moins cher que ses concurrents sur la niche haut de gamme (le casque coûte 550 euros contre 900 euros chez les concurrents) .

Réalité virtuelle : Quid des professionnels ?

Concernant les professionnels, et malgré les avancées notables en matière de réalité virtuelle, les grands acteurs cités plus haut ne semblent viser que le grand public à ce jour.

Toutefois, HTC a un réel souhait de se développer chez les professionnels, tout comme Oculus, mais les faits (financiers) sont très timides.